Greta THUMBERG, militante écologiste suédoise poursuit inlassablement ses interventions dans les différents cercles rassemblant les décideurs politiques et économiques. Après, entre autre l’ONU, l’Assemblée Nationale Française, la voici invitée à s’exprimer dans la très huppée station suisse de Davos, où chaque année le forum économique mondial se retrouve. Cet événement rassemble un grand nombre de dirigeants d’entreprise, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre les problèmes les plus urgents de la planète, autant dans le domaine économique que celui de la santé ou de l’environnement. Rappelons que la militante était déjà précédemment venue à Davos en 2018. Cette année, le thème de ce forum était l’environnement.

Le cadre était posé avec un discours provocateur du Président des Etats-Unis, Donald TRUMP qui, une nouvelle fois caricature à l’extrême l’écologie et ringardise comme à son habitude les scientifiques. Pour lui, toutes ces personnes ne sont que des « éternels prophètes de malheur » attaquant la liberté de faire et d’entreprendre. La jeune militante écologiste présente dans la salle appréciera, tout comme les experts mondiaux du GIEC qui sont toujours unanime sur ces questions et les opinions publiques mondiales de plus en plus actives sur le respect de l’environnement et la problématique du changement climatique. Le lendemain, c’est le Secrétaire Américain au Trésor qui fustigeait la jeune Greta THUMBERG en lui conseillant de « faire des études d’économie et d’aller à l’université » plutôt que de militer … ce à quoi cette dernière a très justement répondu qu’il n’y avait « pas besoin de diplôme universitaire » pour déterminer que les efforts de réduction des émissions de CO2 étaient insuffisants, graphique à l’appui sur Twitter.

Ces attaques personnelles a répétition sur la personne de Greta THUNBERG sont inacceptable. Elles ne font que mettre en lumière l’inconstance et l’incapacité de certain à vouloir intégrer l’inéluctable crise environnementale et écologique qui se déroule sous nos yeux, ses enjeux et les sujets dont nous devons tous nous emparer rapidement. Les attaques personnels ne servent qu’à tenter de masquer l’incompétence aveugle de ces décideurs … et son discours dérange par sa remise en cause de notre mode de vie. Décryptage ci-dessous.

Alors dans son discours à Davos, Greta THUNBERG a déploré l’inaction des élites politiques et économiques car rien n’a été fait en dépit des nombreux discours sur cette thématique. Il faut passer des paroles aux actes ! L’urgence est là ! Les émissions de Co2 augmentent toujours et toujours comme en témoignent les mesures réalisées par les scientifiques.

Sans jamais le nommer, la jeune militante a répondu point par point au Président des Etats Unis dans sa vibrante expression. Je retiendrai cette phrase de son discours, « Notre maison brûle toujours ». Il est temps d’agir. Ce n’est pas une question partisane mais une question de volonté. Que voulons nous comme vie future ? La jeunesse doit aussi être la lumière que nous devons s’avoir écouter et suivre.

3 réflexions sur “Greta THUNBERG à Davos …

    1. Bonjour Eric. J’espère que tout va bien. Tu as bien raison … la façon la plus simple est d’attaquer sur la personne … et non sur les idées. C’est tellement simpliste et facile à ceux qui sont à court d’argument … Greta poursuit inlassablement son action ! A bientôt

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.