J’ai déjà parlé ici de ce qu’est le Flygskam, ou la honte de prendre l’avion en se rabattant plutôt sur les trains, une tendance sociétale venant de Suède, voici un nouveau courant en provenance directe de ce pays nordique, le Köpskam.

Alors de quoi s’agit il ? Le pays de Greta THUNBERG est particulièrement réputé pour être carrément en avance sur la question climatique. Les effets du Flygstam sont déjà chiffrés avec un impact de -4,4% dans les réservations d’avion constaté dans les aéroports du pays au bénéfice d’un développement croissant de l’utilisation du train. Ceci témoigne que le concept se diffuse dans la société Suédoise. L’on peut simplement généraliser cette prise de conscience avancée dans toute la Scandinavie pour les questions liées à l’environnement avec des actions très concrètes sur nos modes de consommation et ici de déplacement.

Mais pour revenir à notre fameux Flygstam, il est nécessaire d’expliquer ici cette tendance émergente qui témoigne pour les consommateurs d’une honte certaine de consommer en particulier des vêtements.

Nous en avons effectivement plein nos armoires ; nous croulons sous les fringues et pourtant nous regardons encore les vitrines et les rayonnages des magasins. La « fast fashion » liée à la mode et à l’éternel renouvellement des collections et des tendances impose un rythme effréné à l’industrie du textile qui figure parmi une des plus polluante de la planète. Bien évidement nos cerveaux vitaminés à l’image suivent eux aussi cette tendance consumériste.

100 milliards de vêtements sont vendus chaque année dans le monde

La production des matières premières, leurs transformations nécessitent des quantités très importantes d’eau, d’engrais et de produits pétroliers. Que dire des teintures et autres colorants qui dégradent la qualité des eaux et bien entendu l’impact en terme de pollution très important de la livraison des pays à bas coût ou les fabrications s’opèrent vers nos magasins …

Infographie proposée par nature-sciences.com

Cette tendance nous oblige à ouvrir les yeux sur nos habitudes vestimentaires. Des nouveaux modèles émergent doucement : le marché de l’occasion semble énormément se développer. Qui n’as pas dans son entourage des vendeurs ou acheteurs de fringues déposées ou glanées sur le site Vinted par hasard ? Dans les quartiers, on assiste doucement au retour des bonnes vielles bourses aux vêtements qui existaient dans notre enfance. Le marché de la seconde main à des beaux jours devant lui. Pourquoi ne pas aller faire un tour dans les friperies locales qui ré-apparaissent ?

L’on peut aussi essayer de chercher des fabricants plus proches mais cette industrie est devenue quasiment inexistante en France … La mondialisation a eu raison des filatures des Vosges, mais la verquelure du Pays de Montbéliard est relancée … faut il y voir les prémices de la ré-installation d’une base productive textile dans nos pays pour servir un marché local avec des produits de qualité et fabriqués dans nos standards sociaux, humains et écologiques ?

Une fois de plus, l’éveil des Suédois devrait pouvoir nous inspirer à essayer d’être beaucoup plus responsable lors de nos achats de vêtements. Une fois de plus, notre pouvoir d’achat est une arme qui peut avoir une forte influence. Alors pourquoi ne pas adopter une « slow fashion » bénéfique pour la planète, l’humain, l’environnement ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.