Nos structures et le réchauffement climatique …

Je réagis volontiers à la proposition faite par « The Shift Project » de former les étudiants aux enjeux du réchauffements climatiques. Cette proposition a été relayée positivement par plus de 80 dirigeants de grandes écoles du pays. A contrario des pourfendeurs de la liberté académique qui défendent aussi leurs autonomies (ce qui est respectable) je m’inscris positivement dans cette dynamique.

La situation climatique impose de bouger les lignes et les règles et de faire évoluer rapidement nos organisations. Il ne m’apparait nullement choquant que nos futures élites soient parfaitement à l’aise avec ces thématiques mais pas seulement …

J’irai même beaucoup plus loin dans la démarche. Nous avons affaire ici à une problématique de survie de l’espèce. L’enjeu est si important qu’il est nécessaire de revoir de fond en comble nos attitudes, nos collectifs et nos organisations dans une logique beaucoup plus « agile » comme ce qui est aujourd’hui appliqué dans pas mal d’entreprises en favorisant l’adaptation permanente.

« Prévoir consiste à projeter dans l’avenir ce qu’on a perçu dans le passé »

Henri BERGSON

De manière concrète et pragmatique il m’apparait fondamentale que les collectifs qui organisent nos vies comme les entreprises, les associations, les collectivités, … adaptent leurs organisations et leurs modes de fonctionnement pour intégrer cette question fondamentale.

Alors comment être plus concret ?

Dans les entreprises et selon la taille, la mise en place d’un Responsable développement durable qui aurait des prérogatives larges sur ces questions en particulier l’impact de l’entreprise et de ses activités sur l’environnement. Cela irait beaucoup plus loin que le rôle actuellement dévolu au Responsable Environnement et Sécurité qui n’intervient malheureusement que sur quelques thématiques comme la gestion des déchets et dispose de si peu de pouvoir pour assumer une vision critique sur le reste des activités de l’entreprise et leurs impacts sur notre environnement. Un rapport pourrait être publié tous les ans sur l’évolution de l’impact environnemental des activités de l’entreprise ainsi qu’un plan de progrès obligatoire accompagnerait les documents comptables obligatoirement diffusés à l’administration fiscale. Les consommateurs seraient ainsi plus à même de juger de l’impact et des progrès de l’entreprise sur ces domaines et pourrait ainsi conditionner l’acte d’achat à la manière dont l’entreprise s’empare de ces sujets.

Dans le collectivités, il apparait fondamentale de structurer les réflexions et l’action environnemental autour d’un véritable porteur clairement identifié et disposant de prérogatives suffisantes pour faire bouger les lignes. Dans les communes, les EPCI l’élu(e) en charge de l’environnement et du développement durable devrait figurer obligatoirement dans les bureaux de ces collectifs afin dans un premier temps de sensibiliser ses autres collègues décideurs aux enjeux, mais surtout d’être un véritable support « transverse » à l’animation de projet visant la réduction des impacts sur l’environnement des activités portées par la collectivité. Dans de nombreuses communes, ce rôle existe déjà mais ses missions ne sont malheureusement cantonnées qu’à des questions de propreté publique … bien éloignées de l’enjeu. Il faut aller plus loin et faire évoluer la loi avec des rôles et des missions clairement établis. Le Président(e) devrait être comptable et Responsable devant les citoyens de l’impact environnemental de la collectivité qu’il administre. Un bilan annuel pourrait être publié et la mise en place d’un plan d’action de progrès environnemental devenir une obligation pour les collectivité à la manière des agenda 21 déployés il y a quelques années. Les collectivités sont très souvent sensibles à ces questions et je suis sur qu’une telle dynamique serait immédiatement engagé.

Dans les associations, tous comme les statuts imposent les rôles de Président, Trésorier (à minima 2 personnes) et Secrétaire pourquoi ne pas structurer l’organisation associative avec un rôle supplémentaire à savoir un Responsable développement durable ? Son rôle absolument central serait bien évidement de positionner les questions de l’impact des activités du collectif directement auprès des autres décideurs de la structure associatif. Véritable pivot, il pourrait beaucoup plus facilement être un acteur du changement et fédérer les autres acteurs de l’association autour de la prise en compte de ces enjeux dans les activités de l’association. La présentation d’un bilan environnemental en Assemblée Générale ainsi que d’un plan d’actions pourrait permettre de favoriser les dynamiques du changement et seraient transmises à la Préfecture chaque année, comme le sont le procès verbal de l’Assemblée Générale de la structure et bien évidement accessible à l’ensemble des citoyens.

4 réflexions sur “Nos structures et le réchauffement climatique …

  1. Ta réflexion est très intéressante Régis. Effectivement ce rôle doit être incarné dans les entreprises, les collectivités, les associations pour que les questions environnementales soient réellement prises en compte et conditionnent les prises de décision. Apparemment les lycéens peuvent maintenant élire dans chaque classe un délégué en charge de ces questions.
    Des avancées qui doivent être amplifiées … à tous les niveaux de la société.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Sophie de ta réaction ! En cherchant un peu il sagit d’Eco Délégués dans les classes, une volonté plutôt intéressante proposée par le Ministre BLANQUER. La mobilisation de la jeunesse sur ces thématiques devrait donc pouvoir trouver un relai de proximité en classe. A voir comment tout ceci va s’articuler avec la vie scolaire, l’établissement, … Il est important que ces étudiants motivés disposent d’un solide accompagnement et c’est un excellent moyen d’apprendre, de se mobiliser pour une cause au service des autres et de contribuer dès le plus jeune âge à donner toute l’importance que cette thématique mérite. Voir : https://www.bfmtv.com/societe/eco-delegues-au-college-et-au-lycee-pourquoi-la-proposition-de-blanquer-neconvainc-pas-1756914.html

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.