Au petit matin avec Fred, nous rejoignons la commune de Passonfontaine. Cette petite commune typique du Haut-Doubs accueille une zone humide d’un fort intérêt écologique du côté de l’Etang du Barchet. Avant d’arriver nous traversons la douce campagne ; certains lieux dits ont déjà des nom évocateurs comme Les Seignes … Nous trouvons un petit parking pour garer notre véhicule ; c’est le point de départ d’un sentier aménagé qui va vous permettre de parcourir une boucle de 7 kms à travers ce secteur protégé.

Nous allons donc pouvoir découvrir un milieu très sensible constitué d’un étang, d’une tourbière plus ou moins ouverte, d’une aulnaie / saulnaie marécageuse, d’une forêt remarquable avec des épicéas très hauts (Plus de 55m) plantés sous des corniches de roches.

Dans le Massif du Jura, les tourbières sont nombreuses et le milieu est très propice à leur installation. Elles existent depuis près de 14 000 ans et sont le faite des facteur climatiques qui ralentissent la décomposition des végétaux.

L’étang longé correspond au premier stade de la création d’une tourbière. Il accueil énormément d’espèces d’oiseaux toute l’année. La flore et la faune fragile y est très bien représenté. Le bas-marais que nous ne faisons que longer semble remarquable de biodiversité. La richesse d’un tel lieu est favorable à de nombreux insectes et plusieurs variétés de papillons représentées sont protégées. De nombreuses libellules et demoiselles sont présentes sur ce site. Fred m’explique les différences.

La découverte commence le long d’une rive de l’étang, se poursuit dans la forêt remarquable avant de revenir sur la rive opposée. Cette première découverte nous permet l’observation de plusieurs animaux (foulques, canards, libellules, lièvre, papillons, …). Nous reviendrons évidement prochainement sur site pour poursuivre nos observations (avec Manue bien évidement :-). Un prospectus présente les 14 points d’intérêts de cette boucle.

A travers la découverte de tels lieu, il est primordial d’encourager la préservation des zones humides. Ces zones assurent la transition entre la terre et l’eau et présentent un milieu de vie exceptionnel pour de nombreux organismes vivants. Entre 1940 et 1990, la moitié des zones humides françaises ont été détruites. Les zones humides font l’objet d’atteinte comme le grignotage, le remblayage, le drainage afin d’augmenter les zones à urbaniser. Il faut impérativement les respecter, les protéger et mettre en place des mesures importantes visant à leurs préservations. Il reste encore un important travail de cartographie et de connaissance de ces dernières et elles doivent impérativement figurer sur les documents d’urbanisme des communes concernées afin d’organiser des mesures de conservation. Les terrains sont souvent privés ce qui n’aident pas à la préservation. Il est impératif que des associations, fondations ou collectivités se portent acquéreur des parcelles concernées comme c’est le cas à plusieurs endroits. L’objectif de préservation est gage d’un environnement préservé et de transmission de ces lieux aux générations futures. En Franche-Comté, le conservatoire des espaces naturels assure un rôle de premier plan dans la préservation des zones humides.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.